A propos de sport…

La pratique d’un sport est recommandée pour les personnes hémophiles (1).
Elle aide à entretenir :

  • la force musculaire
  • la souplesse articulaire
  • et l’estime de soi (1)

Le choix des activités doit refléter les préférences, les intérêts, les capacités et la condition physique de votre enfant (2).

Ce choix est à discuter avec l’équipe médicale, et plus particulièrement avec le physiothérapeute, pour s’assurer de son adéquation pour votre enfant, des équipements de protection à envisager et de la prophylaxie à associer (1,2).

Il est notamment important de bien organiser le traitement par facteur de coagulation en fonction de l’activité exercée. Ainsi, l’administration prophylactique des concentrés de facteurs de coagulation peut être conseillée avant d’exercer des activités présentant un risque plus élevé de blessures (2).

Vérifiez avec le médecin et le kinésithérapeute de votre enfant le moment de l’injection (matin/avant l’activité physique) et le choix des jours d’injection pour que les articulations de votre enfant soient bien protégées contre les saignements, à tout moment.

Il est conseillé d’éviter de pratiquer des activités qui risquent de causer des traumatismes (sports de contact et de combat, tels que le football, le hockey, le rugby, la boxe et la lutte, activités à grande vitesse, telles que les courses de moto-cross et le ski sur fortes pentes) (2).

Références :
1. Haute Autorité de Santé. Hémophilies et affections constitutionnelles de l’hémostase graves Protocole national de diagnostic et de soins pour une maladie rare. Guide – Affection de longue durée. Janvier 2007.
2. Fédération Mondiale de l’Hémophilie. Lignes directrices pour la prise en charge de l’hémophilie. 2e édition. Blackwell Publishing Ltd., 2012.
Nouveaux articles bientôt disponibles !
Inscrivez-vous pour en être averti !