Pourquoi faut-il bouger ? Pourquoi faut-il avoir une activité physique ?

Les personnes hémophiles ont souvent un mode de vie plus sédentaire que le reste de la population. L’une des raisons à cela est qu’elles ont souvent été dissuadées de pratiquer une activité physique ou sportive par crainte des saignements ou de la dégradation des articulations (1-3).

Or, ne pas bouger peut favoriser une diminution de la densité osseuse et un poids plus élevé (3,4), ce qui impacte la santé et la qualité de vie :

  • dégradation accrue du cartilage et réduction de la fonction articulaire (3,5)
  • perte d’amplitude articulaire et d’atrophie musculaire (5)
  • augmentation du nombre de saignements (6)
  • gêne pour l’injection de médicaments par voie intraveineuse (3)
  • limitation des activités de la vie quotidienne (6)

De plus, certains de ces effets peuvent eux-mêmes favoriser davantage l’inactivité physique (5).


Références :
1. McNamara M, et al. The role of disease severity in influencing body mass index in people with haemophilia: a single-institutional cross-sectional study. Haemophilia 2014;20(2):190-5.

2. Sousos N, et al. Understanding cardiovascular risk in hemophilia: A step towards prevention and management. Thromb Res 2016;140:14-21.
3. von Mackensen S, et al. The impact of sport on health status, psychological well-being and physical performance of adults with haemophilia. Haemophilia 2016;22(4):521-30.
4. Tlacuilo-Parra A, et al. Inactivity is a risk factor for low bone mineral density among haemophilic children. Br J Haematol 2008;140(5):562-7.
5. Srivastava A, et al. WFH Guidelines for the Management of Hemophilia, 3rd edition. Haemophilia 2020;26(Suppl 6):1-158.
6. Parhampour B, et al. The effects of six-week resistance, aerobic and combined exercises on the pro-inflammatory and anti-inflammatory markers in overweight patients with moderate haemophilia A: A randomized controlled trial. Haemophilia 2019;25(4):e257-e266.
NP-10877

HAUT